THEME DE LA VISUALISATION

Les conseils du PRO #Basket Ball / HUGUES OCCANSEY

Bonjour à tous, j'espère que vous vous portez tous bien !

Pour ce 4ème rv de confinement et pour faire suite au dernier rendez-vous, je vous propose de développer une des habiletés mentales : la visualisation

La visualisation

Les diverses activités sportives nécessitent en général de pratiquer la visualisation mentale afin d’intérioriser, de mémoriser et de bien comprendre les différentes sensations et images qui nous viennent de manière plus ou moins intuitive. Chacun possède ses propres habiletés à visualiser, mais la faculté de penser en image est une habileté qui s’apprend. La capacité à imaginer et simuler permet notamment d’acquérir de nouveaux gestes techniques, de les corriger ou encore de les renforcer. D’autre part, la simulation mentale est une démarche dynamique qui permet de mieux préparer et gérer les compétitions en rappelant des images plus ou moins symboliques. Elle permet de s’imaginer avant et pendant l’action, améliorant ainsi sa disponibilité mentale. La visualisation va établir le lien entre l’esprit et le corps pendant la compétition et va devenir un mode de communication privilégié entre les désirs et l’action à réaliser.

Développement de la visualisation.

La relaxation.

La relaxation est un moyen d’établir le niveau d’activation optimal avant une performance. Elle amène l’athlète à se détendre et lui apprend à se relaxer. En pratiquant une relaxation de base, on peut développer ses qualités de relaxation, découvrir son corps, pour ensuite pratiquer la visualisation avec efficacité.

Définition de la relaxation de base : c’est le premier pas vers la relaxation. Elle permet de passer en revue l’ensemble des segments et muscles du corps associé à une respiration calme. Le sportif apprend à intégrer les différentes sensations qu’il a vécues pendant la séance, avant de revenir progressivement au niveau d’éveil.

 

La simulation.

Après avoir appris à se relaxer ou à renforcer l’aptitude à se détendre, il faut acquérir de nouvelles habiletés permettant de simuler le mouvement et de le répéter mentalement. Le professeur Alain Berthoz, directeur du laboratoire de psychologie de la perception et de l’action au Collège de France, précise : «la simulation mentale du mouvement qui précède et accompagne le mouvement est un puissant facteur d’efficacité. Il faut donc simuler le mouvement et ses conséquences. C’est ce que certains appellent la visualisation. Les sportifs ont été parmi les premiers à populariser ce concept à l’entraînement mental ». Il pense que « il ne s’agit pas seulement de créer une image visuelle, mais il s’agit de produire une véritable simulation de l’ensemble des aspects sensoriels et moteurs du mouvement ». Se représenter l’exécution d’un geste technique ou d’une séance tactique ou encore se représenter l’environnement, le contexte de l’entraînement ou de la compétition permet d’améliorer les apprentissages et les performances. C’est pourquoi la simulation mentale est une technique appropriée aux exigences du sport et accessible à tous.

La démarche à suivre pour améliorer un geste technique, une situation tactique ou se représenter l’environnement de l’entraînement ou de la compétition, à l’aide de la simulation mentale, est : visualisation + simulation mentale d’un geste technique (ou situation tactique, etc.).

Il faut débuter par une relaxation de base puis enchaîner par les exercices.

Utilisation de films, de vidéos, de photos, de miroir.

Quand un entraîneur s’entretient avec un jeune athlète, il s’aperçoit que ce jeune possède une représentation souvent partielle des différentes techniques spécifiques à sa discipline sportive. Il éprouve certaines difficultés à s’imaginer en train de réaliser ces éléments techniques. Ce qui est normal, puisqu’il paraît difficile d’imaginer quelque chose que l’on a jamais vu. C’est pourquoi observer des vidéos de soi-même à l’entraînement ou en compétition, ou des photos prises dans ces même situations, permet dans un premier temps de découvrir ce que l’on fait réellement et de se construire une image objective de la situation, pour dans un second temps favoriser les feed-back et les apprentissages. Et enfin, il peut observer ses propres conduites (pratiquer l’autoscopie) et prendre conscience de ses actions. Il identifie plus facilement ses points forts et ses points faibles et peut, en fermant les yeux, visualiser avec objectivité et réalisme son activité.

Visualiser une compétition particulièrement réussie dans le passé.

Tous les athlètes ont un jour réalisé, ce qu’on appelle, le match ou la compétition de leur vie. L’athlète éprouve de nombreuses sensations à l’issue de ce match ou compétition idéale. C’est pourquoi, il est important d’intérioriser, de s’imprégner de ces sensations pour les faire remonter à la surface quand les besoins s’en font sentir. La visualisation peut permettre de faire ressurgir ces multiples sensations à volonté, quand on le désire et surtout quand les choses ne vont pas comme on le désire. Ce match ou cette compétition devient l’événement référence , la ressource.

En se relaxant on favorise, dans un premier temps, l’apparition des sensations liées à la compétition référence pour ensuite, avec de l’entraînement, aller chercher très rapidement les sensations souhaitées.

Visionner des vidéos, des films des plus grands athlètes.

Le fait d’assister à un grand événement sportif, améliore le niveau de compétence et de motivation. Le simple fait d’observer les champions en action et d’être captivé par l’événement décuple l’envie de pratiquer et donne l’impression de progresser en quelques jours (p.ex. Roland Garros). C’est pourquoi, il ne faut pas hésiter à regarder des cassettes, des reportages, des compétitions des athlètes préférés. L’observation de ces champions développe et renforce les capacités à visualiser et à créer des images vives et justes correspondant à la réalité de la compétition.

Mettre en place régulièrement des routines de visualisation.

Pour visualiser avec vivacité et précision, il est recommander de construire ses propres routines. On a tous la capacité de visualiser avec plus ou moins de précision, de puissance, mais ce qui est primordial, c’est de s’entraîner régulièrement et méthodiquement. En pratiquant l’imagerie mentale dans état de relâchement et de calme, à l’aide de nombreuses et courtes sessions d’entraînement (de quelques secondes à quelques minutes), on obtient de meilleurs résultats. Et, en établissant des routines personnelles, on optimise ses capacités de visualisation. On entend par routine le simple fait de suivre un protocole stable lors de chaque visualisation, afin de renforcer et maîtriser les sensations qui apparaissent. C’est de cette manière que l’on peut progressivement intégrer dans son sport l’utilisation d’images mentales (avant la compétition, lors des temps d’arrêt, de repos, entre les actions, après la compétition) qui développent la concentration, l’énergie, la confiance, l’efficacité…

Les objectifs sont :

réduire l’anxiété pré-compétitive,

Favoriser la concentration, améliorer le relâchement ,

Programmer des stratégies de réussite,

Elever le niveau d’activation.

Visualiser les objectifs.

Pratiquer la visualisation permet réellement de contrôler ses objectifs et de mettre toutes les chances de son côté pour réaliser ses buts. Le simple fait de déterminer ses objectifs et de mettre en œuvre une stratégie pour les atteindre n’est pas toujours suffisant. Le protocole de visualisation des objectifs est le suivant :

1) Définition des objectifs.

2) Mettre les objectifs par écrit.

3) Courte relaxation et visualisation des objectifs .


Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.